Il est intéressant, pour tout candidat à la reprise, de se situer par rapport aux autres repreneurs.


  Nombre et profil des repreneurs

  Il existe plusieurs sortes de repreneurs :

- les repreneurs explicites (dirigeants de sociétés ayant une stratégie en ce sens)
- les repreneurs personnes physiques déclarés, possédant un projet,
- les velléitaires (qui ne possèdent pas de projet précis ou cohérent),
- les repreneurs latents, c'est à dire les dirigeants cadres, qui se tiennent prêts à engager leur carrière et leurs ressources financières dans le rachat d'une entreprise, notamment celle dans laquelle ils travaillent (reprise d'une filiale ou d'un service dans le cadre d'une externalisation d'activité ou de spin off).

  Au total, combien sont-ils ?

Il n'existe pas d'estimation fiable et récente sur le nombre de repreneurs. Mais, compte tenu du nombre de personnes reçues par les intermédiaires et du nombre de reprises annuelles, on peut affirmer que plus de 100 000 personnes (cadres, techniciens, spécialistes, agents de maîtrise, personnes en recherche d'emploi, ') expriment, chaque année, le désir de reprendre une entreprise.

  On distingue plusieurs types de repreneurs, en référence à leur passé et à leurs motivations :

- les managers cadres diplômés disposant de fonds propres conséquents,
- les hommes de métier porteurs d'un projet fondé sur leur savoir faire technique,
- les "reprises de subsistance", le repreneur ayant pour seul objectif de trouver une opportunité lui garantissant un salaire,
- les repreneurs qui achètent une entreprise dans le but de reprendre une équipe, dans des secteurs où la main d'oeuvre est difficile à trouver.

 Les tableaux et les chiffres présentés ci-après relèvent pour la plupart de l'enquête Insee "Sine 2002", qui ne comptabilise que les reprises d'entreprises individuelles. A titre d'exemple, les rachats de parts de sociétés ou d'actions ne sont que partiellement prises en compte !


Statut professionnel du repreneur avant la reprise
de l'entreprise

(Source : Insee Sine 2002)

Chef d'entreprise23 %
Salarié62 %
Etudiant ou scolaire2 %
Sans activité professionnelle12 %

Profil du repreneur

(Source : Insee Sine 2002)

Age moyen38,7 ans
Femmes36 %
Repreneurs ayant déjà créé ou repris dans le passé28 %
Repreneurs chefs d'entreprise au moment de la reprise20 %
Cadres (*)12 %
Repreneurs issus d'un milieu entrepreneurial (parents, famille, amis proches....)64 %

Niveau de formation
du repreneur

(Source : Insee Sine 2002)

Sans diplôme, CEP ou BEPC29 %
Niveau CAP/BEP/Bac technique et professionnel42 %
En ajoutant les BTS et les IUT50 %
Niveau Bac général7 %
Diplômés de l'enseignement supérieur21 %


(*) Les cadres repreneurs constituent un ensemble relativement homogène.
Leur investissement de départ est nettement plus élevé que la moyenne : 52% ont un capital initial supérieur à 40 000 euros.


  Difficultés rencontrées par les repreneurs avant la reprise

Elles peuvent se cumuler et proviennent de :

l'évaluation de l'entreprise : 39%
l'obtention des concours financiers : 30%
l'hésitation du vendeur : 13%
la surenchère d'un autre acheteur : 13%
l'accès à l'information : 9%
la réticence des cédants à donner des garanties : 5%
pas de difficultés majeures : 17%

(Source : enquête OSEO/ Bdpme 2005 sur la transmission des entreprises)

Il est à noter que ces difficultés interviennent une fois l'affaire connue, c'est-à-dire lorsque le repreneur a été mis en contact avec une entreprise à céder.
Ceci est à souligner, car trouver une entreprise à reprendre relève souvent déjà en soi du parcours du combattant' (Voir étude du marché de la reprise).


  La base des repreneurs de l'APCE  

L'APCE ouvre son site à une base de repreneurs. Tout candidat à la reprise d'une entreprise peut dès à présent s'y inscrire gratuitement et présenter son projet, dans le respect de l'anonymat.
Cet outil sera très prochainement consultable librement et gratuitement, à travers un moteur de recherche multicritères portant sur l'activité recherchée, la localisation, la taille et des mots-clés.
Les repreneurs auront le choix d'accepter ou de refuser les mises en relation qui leur seront proposées.
S'inscrire sur la base de repreneurs