Compte de résultat prévisionnel de la société cible

Compte de résultat prévisionnel de la société cible

31/08/2010

Postes N+1 N+2 N+3
Valeur % Valeur % Valeur %

1

2

3

Chiffre d'affaires

+/- Production stockée

Autres produits
A Total des produits d'exploitation
= 1 + 2 + 3

4

5

Achats de marchandises et matières premières

+/- Variation de stock
B Total des consommations
= 4 + 5


6

7

8

9

10

11

12

13

14


Autres achats et charges externes

Impôts et taxes

Salaires et charges (y compris repreneur)

Amortissements

Provisions

Autres charges (redevances, loyers, ...)

Charges financières

Résultats exceptionnels

Impôt Société (IS)

C

Résultat =
A - B - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 2 +/- 13+14

Capacité d'Autofinancement (CAF) = C+9+10


L'établissement du compte de résultat prévisionnel de la société cible permet de déterminer la capacité d'autofinancement (CAF) pour chacun des trois exercices à venir. En confrontant ensuite cette CAF aux besoins d'investissement et de remboursement de l'emprunt d'acquisition, le repreneur peut vérifier l'adéquation du montage financier envisagé.
A défaut, il lui faut retravailler le projet pour accroître l'activité et la rentabilité de l'entreprise et/ou trouver d'autres solutions financières faisant appel à moins d'emprunts et/ou négocier le prix d'acquisition à la baisse.

Analyse du point mort (Commerce/Artisanat)

Analyse du point mort (Commerce/Artisanat)
08/09/2010

<tdcolspan="2">Analyse du point mort
(artisanat/commerce)

Chiffre d'affaires

Corrections éventuelles
(Ex. : élimination d'une commande exceptionnelle)
1. Total chiffre d'affaires ou production
Charges variables

- Approvisionnements (produits finis et/ou matières premières)

- Autres Consommations (liées à la production)

- Energies (liées à la production)

- Redevances (ex : sous-traitance ; franchiseur)

- Commissions sur ventes (ex : versées à un agent commercial)

- Frais de transport sur achats et/ou sur ventes
2. Total charges variables
3. Taux de charges variables : 2 / 1
Charges fixes

- Salaires et charges associées (incidence des rémunérations cédant / repreneur)

- Charges d'exploitation (loyer, assurance, comptable, etc')

- Impôts et taxes

- Remboursements d'emprunts (dont la dette estimée d'acquisition)

- Autres (entretien, etc.)
4. Total des charges fixes
5. Chiffre d'affaires point mort : 4 / (1-3)

L'équilibre peut-il être obtenu ?
 Dans la négative : quel niveau de chiffre d'affaires faut-il atteindre ?
 Comment pourrait-on réaliser cet accroissement obligé de chiffres d'affaires ?

Cette réflexion renvoie au réalisme du projet de reprise : un endettement excessif pourrait obérer les chances de réussite de l'opération.

Analyse du besoin en fonds de roulement (Commerce/Artisanat)

Analyse du besoin en fonds de roulement (Commerce/Artisanat)
08/09/2010

Stocks =
Valeur du stock moyen HT en euros.

 

Crédit clients =
Chiffre d'affaires TTC x Nombre de jours de délai de règlement des clients 365 jours

 

Crédit fournisseurs =
(Achats et Sous-traitance TTC) x Nombre de jours de délai de paiement aux fournisseurs 365 jours

 

Calcul du BFR Montant
1. Chiffre d'affaires TTC
Stocks HT (A)
Crédit clients TTC (B)
Crédit fournisseurs TTC (C)
2. BFR = A + B - C

Attention ! Le BFR obtenu par ce calcul est un ordre de grandeur qui pourrait s'avérer sous-estimé.
Il est donc prudent de le vérifier par tous moyens.

Les questions à se poser :

Ce BFR semble-t-il réaliste :
- dans l'absolu ?
- par rapport aux caractéristiques de l'entreprise ?
- par rapport au chiffre d'affaires réalisé ?
- par rapport aux usances de la profession (pratique habituelle concernant les délais de paiement obtenus et consentis) ?

A quelle hauteur pourrait-on autofinancer ce BFR ?

Ce BFR est-il, toute proportion gardée, dans la norme comptable de la profession : à comparer avec les statistiques fournies par www.cgadiffusion.com
Peut-on pressentir une action corrective sur une ou plusieurs de ses composantes ?


Le repreneur potentiel doit conclure que le BFR de l'entreprise est normal (ou pourrait être normalisé grâce à des mesures correctives) et qu'à ce niveau il serait en mesure de le financer ou de le faire financer.

Questions à poser pour l'analyse de la politique "produits"


Questions à poser pour l'analyse de la politique "produits"
08/09/2010
Questions à poser pour l'analyse de la politique "produits"

 
1 - Quelle est la classification (les différentes gammes) de vos produits ?

 
2 - Quels sont les produits qui se vendent le mieux ? Pourquoi ?

 
3 - Quels sont ceux qui se vendent le moins ? Pourquoi ?

 
4 - Quelles sont vos forces par rapport à vos concurrents ?

 
5 - Lancez-vous de nouveaux produits régulièrement ou non ? Pourquoi ?

 
6 - Sur tous les nouveaux produits proposés, les succès ont t-ils été nombreux ? Quels sont vos plus gros succès ? Pourquoi ?

 
7 - Lorsqu'un produit se vend moins bien, que faites-vous le plus souvent ?

Compte de résultat de l'entreprise (description rapide)

Compte de résultat de l'entreprise (description rapide)

08/09/2010

Le compte de résultat de l'entreprise enregistre, pour une période donnée (un exercice d'un an, par exemple), l'ensemble des montants facturés par l'entreprise sur la période et les charges qu'elle a du engager pour réaliser les prestations (produits ou services) qu'elle a facturées. Il est construit de la façon suivante :

 

Soldes intermédiaires de gestion

commentaires

Chiffre d'Affaires

C'est le montant facturé aux clients de l'entreprise sur la période

- Matières premières / Marchandises

Coûts historiques des matières premières utilisées pour réaliser les produits facturés

= MARGE BRUTE

Différence entre les deux postes ci-dessus

- Charges externes, impôts et taxes

Charges engagés par l'entreprise sur la période considérée pour faire fonctionner l'entreprise et produire les prestations facturées

= VALEUR AJOUTEE

Différence entre les deux postes ci-dessus

- Salaires et Charges

Ensemble de la masse salariale payée par l'entreprise sur la période considérée

= EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION

EBE ou EBITDA des anglo-saxons, qui signifie "Résultat avant frais financiers, impôts, dépréciation et amortissement".

Ce chiffre correspond au résultat généré par l'activité de l'entreprise

Ce résultat servira :
- à auto-financer partiellement les investissements, rembourser les emprunts et payer les intérêts associés,
- à payer l'impôt société,
- et enfin à alimenter les réserves distribuables en futurs dividendes pour les actionnaires

- amortissement, dépréciation et provisions

 

= EXCEDENT NET D'EXPLOITATION

ENE ou EBIT des anglo-saxons, qui signifie "Résultat avant frais financiers et impôts"

Ce chiffre correspond au résultat généré par l'activité de l'entreprise, amputé du coût d'amortissement des actifs détenus par l'entreprise.

Ce résultat servira à :
- rembourser les emprunts et payer les intérêts,
- à payer l'impôt société,
- et enfin à alimenter les réserves distribuables en dividendes futurs pour les actionnaires.

- Frais financiers (ou produits)

Intérêts dus sur les dettes financières de l'entreprise, diminué des produits financiers résultant des placements financiers de l'entreprise

= RESULTAT COURANT AVANT IMPÔT

RCAI

+ / - Eléments exceptionnels

- participation des salariés

 

+ / - Impôt Société

IS

= RESULTAT NET

RN : C'est le résultat après impôt qui va alimenter les réserves distribuables sous forme de dividendes futurs

+ amortissement, dépréciation et provisions

Eléments du compte de résultat comptabilisés ci-dessus et ne correspondant pas à des entrées/sorties de trésorerie

Capacité d'Auto-Financement

ou Cash-Flow d'exploitation

CAF : Ce chiffre correspond à la trésorerie généré par l'activité de l'entreprise (hors impact du BFR, pris en compte par ailleurs), amputé des intérêts sur les emprunts et de l'impôt société.

Cette trésorerie va servir à rembourser le capital des emprunts précédents, à payer une partie des investissements, à couvrir partiellement l'augmentation du BFR, à renforcer enfin la trésorerie propre de l'entreprise.

Les résultats intermédiaires sont appelés : Soldes Intermédiaires de Gestion

En première approche, EBE et EBITDA (Résultat avant frais financiers, impôts, dépréciation et amortissement) sont deux soldes intermédiaires de gestion proches en valeur, ainsi que ENE et EBIT (Résultat avant frais financiers et impôts).
La différence entre les deux tient à :

  • la participation des salariés, qu'il convient de réintégrer dans la masse salariale en diminution de l'ENE (respectivement l'EBE) pour obtenir l'EBIT (respectivement l'EBITDA)
  • les élements exceptionnels, qu'il convient de ventiler en augmentation ou en diminution des postes de charges les plus adéquats en fonction de leur nature.

Exemple de fiche de synthèse individuelle (salariés)

Exemple de fiche de synthèse individuelle (salariés)
08/09/2010

Où trouver l'information ?

- Registre unique du personnel
- Rencontre avec le salarié concerné
- Echanges avec la Direction

Nom :

Prénom :
Thème Informations recueillies Fait
Fonctions :
- actuelles
- antérieures
o
Contrat :
- date d'embauche
- type de contrat
- temps partiel
- qualification
- rémunération
o
Aspirations o
Commentaires